ARTICLES



5 octobre 2019

La gestation

Au Québec, la majorité des animaux de compagnie sont stérilisés dès leur première année de vie. Toutefois, il arrive que certains propriétaires désirent vivre l’expérience d’une portée. En général, ce ne sont pas des chiens formellement purs et enregistrés, car les éleveurs garderont souvent l’exclusivité de leur progéniture sélecte. Ces propriétaires ont plutôt un intérêt « éducatif » vis-à-vis leur famille ou un intérêt d’ordre personnel.

Vivre une portée correctement demande une préparation. Tout comme une excursion, il est souhaitable d’avoir un plan général et une idée des complications qui peuvent survenir tout au long du parcours en s’assurant d’avoir prévu toutes les éventualités.

Une gestation dure 60 jours en moyenne chez la chienne et la chatte. Théoriquement, une chienne est prête à se reproduire dès sa première chaleur, mais nous préférons toujours la 3e par définition. Chez la chatte, nous souhaitons que la croissance soit terminée et que l’animal ait acquis une certaine maturité. Les vaccins et la prévention parasitaire doit être à jour avant la conception. L’animal doit être en pleine forme et ne pas déjà souffrir d’une condition qui pourrait être congénitale ou génétique (ex : chienne allergique ou dysplasique…) Il faut être sélectif lorsque nous choisissons des reproducteurs. Le fait que votre animal soit gentil est formidable mais n’est malheureusement pas un critère valable et suffisant pour le reproduire. S’il a une condition médicale connue, l’éthique recommande de s’abstenir afin de ne pas entretenir une tare dans la race. S’il fait partie d’une race à risque de certains problèmes, vous devriez même considérer des tests supplémentaires pour vous assurer qu’il n’est pas porteur ou à haut risque de développer la condition dans un futur rapproché (ex : faire des radiographies de bassin pour exclure une dysplasie des hanches à l’âge de 2 ans).

Le mâle et la femelle doivent être bien agencés au niveau de leur âge, personnalité et gabarit de corps. Le mâle doit être idéalement un peu plus petit que la femelle pour diminuer les risques de dystocie. Un budget pour une césarienne d’urgence en centre de référence doit faire partie de votre plan. Car n’oubliez pas que votre vétérinaire régulier ne sera peut-être pas ouvert (fin de semaine ou nuit) quand votre chienne sera prête à mettre bas et vous devrez vous déplacer à Laval ou Montréal. Des radiographies préalables (dans la dernière semaine de gestation) pourront vous indiquer combien de bébés sont attendus.

L’allaitement ne se fera peut-être pas aussi aisément que prévu. Maman peut avoir une énorme portée et vous devrez vous atteler à donner le biberon aux 2 à 3 heures au début. Un environnement adapté (lampe chauffante, couverture, calme, lait maternisé, biberon, désinfectant) devront faire partie de votre trousse de départ.

À mon sens à moi, il va de soi que l’expérience d’une portée va jusqu’à l’adoption de TOUS les bébés. Les refuges et les SPCA sont surpeuplés. VOUS avez la responsabilité de trouver un foyer à ces petits êtres que vous avez désirés. Il est inadmissible de s’en départir devant la porte d’un vétérinaire, de les laisser se débrouiller en nature ou de les amener à l’animalerie. Vous êtes choqués? Ces situations se produisent malheureusement encore….

Et en dernier lieu, prévoyez la stérilisation de votre femelle après la réduction mammaire. Il n’est pas souhaitable de laisser les chaleurs aller bon train si vous ne souhaitez plus la reproduire. Les chiennes peuvent développer des tumeurs mammaires ou des infections utérines sérieuses si elles demeurent fertiles.

Dre Valérie Desjardins, m.v.