ARTICLES



7 septembre 2019

Savez-vous « lire » votre animal?

Notre principale priorité en tant que professionnel de la santé animale est le souci de répondre aux besoins de base de votre animal afin qu’il puisse vivre le plus longtemps possible et ce, dans les meilleures conditions de captivité.

Une diète inappropriée peut être à la source de problèmes systémiques graves. Or, il est impossible en tant que propriétaire de démystifier un développement de maladie nutritionnelle. Ces conditions sont lentes, progressives et insidieuses. Elles ne créent pas de signes aigus comme de la fièvre ou un abattement qui vous amènent à consulter rapidement. Elles se développeront donc graduellement et amèneront des déficits vitaminiques, des carences en acides gras ou acides aminés essentiels et des problèmes de conformation et de fonctionnement organique. Ce n’est pas parce que le problème est alimentaire qu’il est facile à traiter…au contraire! Certaines maladies sont très avancées et au moment de la consultation, certains états seront donc irréversibles.

Depuis 1 an, le milieu vétérinaire est en émoi depuis l’avènement d’un nombre inhabituellement élevé de chiens et de chats atteints d’une condition cardiaque grave que l’on nomme la cardiomyopathie dilatée (CMD).  Les études en cours (effectuées par des Universités américaines, dans les départements de médecine interne et de cardiologie) nous révèlent un lien possible entre ces nouveaux patients cardiaques et le type d’alimentation qui leur est offerte à la maison.

Pourquoi en faisons-nous un sujet si important?
=>Parce que la CMD est une condition grave qui affecte considérablement la fonction cardiaque et peut mener à l’insuffisance cardiaque chronique et au décès prématuré.
=> Parce que la venue des diètes exotiques  de provenance variable sur le marché est en hausse significative et vous expose davantage au danger.
=> Parce que vos actions et la connaissance approfondie du sujet que vous retirez des sources vétérinaires qui vous entourent peuvent faire une différence considérable dans la prévalence de cette maladie.

Je vous invite donc à prendre connaissance d’un article récemment publié auprès des vétérinaires québécois. Cet article a pour but d’informer le milieu vétérinaire;  toutefois nous avons jugés pertinent de le partager avec vous afin de démystifier les questionnements que vous pouvez entretenir par rapport à cette situation.

L’article a été élaboré par nos cardiologues québécois, eux-mêmes prenant leurs informations auprès de diverse plates-forme de formations spécialisées aux États-Unis.  Ces spécialistes sont en contact direct avec cette problématique grandissante qu’ils constatent au quotidien. Ils demeureront donc à l’affût des nouvelles conclusions et dès qu’ils en sauront plus, nous pourrons vous en informer.

L’idée de cet article est de vous donner une vision objective et réelle des aspects à connaitre. Aucun conflit d’intérêt n’est présent.  Aucun jugement de valeur ou de parti-pris n’est souhaité. Notre but est de vous informer de la situation et nous espérons qu’à la suite de cette lecture, vous serez à même de prendre la meilleure décision pour la gestion de la diète de votre compagnon.
(Vous pourrez accéder à cet article informatif via la page fb de l’Hôpital vétérinaire Prévost)

Dre Valérie Desjardins, m.v.