ARTICLES



19 août 2013

Les dangers potentiels reliés aux effluves d’une mouffette

Dans le palmarès des odeurs les plus repoussantes, les sécrétions anales des mouffettes se tiennent très haut dans la liste! Et lorsque votre animal a eu le malheur d’en faire l’expérience, croyez-moi que cette rencontre peut provoquer plusieurs maux désagréables au-delà de cet horrible parfum…

Les mouffettes sont des animaux solitaires qui sortent au crépuscule et possèdent une excellente ouïe sans pour autant avoir une vue fantastique. Elles aiment la tranquillité et préfèrent vaquer à leurs occupations en toute quiétude. Si un animal s’approche trop près, elles avertiront d’abord en prenant la position caractéristique sur leurs deux pattes antérieures. Si l’animal ignore ce message, elles peuvent envoyer leurs sécrétions avec précision dans un périmètre de deux à cinq mètres.  L’odeur est épouvantable et s’apparente à des œufs pourris, du poisson pas frais, de l’ail ou des oignons. Au niveau chimique, les molécules sont également similaires à ce que l’on sent. C’est un moyen de défense efficace, car en général après une dispersion du liquide, l’animal ne demande pas son reste!

Dépendant où le liquide a fait ses ravages, des complications sont à prévoir. Nous parlons en général de conjonctivite, d’enflure faciale et d’irritation nasale. Des vomissements peuvent survenir si l’animal en ingère par mégarde ainsi qu’une cécité temporaire s’il l’a reçu directement dans les yeux. La complication la plus grave à surveiller demeure la possibilité de développer une anémie par dommages oxydatifs aux globules rouges dans les heures ou les jours suivant l’exposition. Les chats sont davantage sensibles à ce trouble ainsi que les races japonaises canines (Akita, Shiba Inu, Tosa). Rappelez-vous que l’odeur s’apparente aux oignons et à l’ail. Les chats et les chiens sont très sensibles à ces molécules qui se lient à leur hémoglobine et produisent une réaction oxydative délétère au globule rouge que l’on nomme méthémoglobinémie. Un déchet résulte de cette réaction (corps de Heinz) et conduit inévitablement à l’hémolyse (destruction du globule rouge). D’autres produits peuvent avoir le même effet oxydatif : les boules à mites, le Tylenol ®, le zinc et certains anesthésiques.

Donc, si votre animal a été aspergé de manière importante par une mouffette, il est impératif qu’il soit baigné à l’extérieur de la maison dans une solution de Krebaum (voir Internet). Si ses yeux ont été affectés, rincez-les à grande eau et un onguent antibiotique sera nécessaire. Assurez-vous qu’aucune morsure n’est présente. Les mouffettes sont des vecteurs de la rage et de la leptospirose. Si vous notez des signes de faiblesse générale dans les heures suivant sa mésaventure (s’il dort beaucoup, ne veut pas manger, que sa respiration est rapide ou que ses gencives sont plus pâles ou même bleutées) consultez sans tarder. Une prise de sang sera faite et ses globules rouges seront étudiés au microscope. S’il est anémique et que des corps de Heinz sont visualisés, un médicament pourra lui être donné en urgence pour limiter l’anémie. Autrement, une transfusion sanguine pourra être nécessaire si sa situation le justifie.

La meilleure prévention demeure toutefois de ne pas laisser son animal dehors dès la tombée de la nuit pour éviter les rencontres désagréables.

Valérie Desjardins

Hôpital vétérinaire Prévost